Éthique et mission

Un espace de rencontre pour le maintien des relations enfants-parents est :

  • Un lieu d’accès au droit : des enfants et leur père, leur mère, leurs grands-parents ou toute personne titulaire d’un droit de visite viennent s’y rencontrer.
  • Un lieu tiers et autonome qui s’adresse à toute situation où l’exercice d’un droit de visite ou les relations enfants-parents sont interrompus, difficiles ou trop conflictuels.
  • Un lieu provisoire, de transition où se prépare l’avenir, afin que des relations changent, évoluent, dans l’idée que des rencontres sans intermédiaire soient, un jour, possibles.

L’espace de rencontre propose des rencontres accompagnées dans un cadre le plus souvent collectif et d’un dispositif de visites médiatisées renforcées.

L’espace de rencontre n’est pas un lieu d’investigation ou d’expertise même si les situations lui sont adressées le plus souvent par une décision de justice.

L’espace de rencontre ne se substitue pas aux parents, dans l’exercice de leur parentalité.

Objectifs et missions


Le travail en espace de rencontre se situe à l’articulation de plusieurs dimensions : sociale, clinique, symbolique et juridique.

  • L’espace de rencontre a pour but le maintien de la relation, la prise ou reprise de contact d’un enfant et du parent avec lequel il ne vit pas, ou de tout autre membre de son entourage familial, dans des situations très difficiles ou conflictuelles et lorsqu’il n’existe pas d’alternative.
  • L’espace de rencontre joue un rôle capital à deux niveaux : celui de l’enfant en termes de prévention et celui du parent en termes de soutien à la parentalité.
  • Avoir accès à son autre parent ou tout autre membre de son entourage familial dont il est séparé permet à l’enfant de maintenir en lui des repères suffisamment structurants pour construire ou reconstruire une identité.
  • L’espace de rencontre permet que cette prise ou reprise de contact se fasse dans un cadre contenant, sécurisant et qu’elle soit soutenue et accompagnée par des professionnels qui aident à ce que les paroles soient dites et entendues sans passage à l’acte, sans manifestation de violence.
  • Du côté des parents, le rôle préventif de ce lieu tiers est essentiel. D’une part, il permet dans la relation à l’enfant, de mettre à distance l’expression du conflit et les tensions conjugales et familiales qui souvent l’accompagnent.

D’autre part, il agit en soutien à la parentalité : venir rencontrer son enfant dans un espace de rencontre a des effets éminemment positifs sur des hommes et des femmes qui dans ce contexte, se sentent reconnus comme parents et par là même comme citoyens à part entière.

Principes éthiques et déontologiques


L’éthique des espaces de rencontre pour le maintien des relations enfants-parents est fondée sur le rapport de l’homme à la loi, dans une double référence juridique et symbolique. Elle reconnaît le sujet enfant dans sa dimension humaine et sociale.

L’enfant est un sujet de droit dont l’un des droits et des besoins fondamentaux est d’avoir accès à chacun de ses parents. Chacun des parents est un sujet de droit dont l’un des droits et des devoirs fondamentaux est d’avoir accès à l’enfant.

Toute action ou situation coupant l’enfant de l’un de ses parents ou de ses proches l’expose à ne pas être reconnu en tant que sujet de droit et à être assujetti au désir de celui ou de ceux qui provoquent cette coupure.

Ces cas de conflits et/ou de difficultés doivent être reconnus et pouvoir se dire. L’enfant ne saurait en être ni l’enjeu ni l’otage.

Quand l’enfant est placé dans cette situation en raison de manipulations ou de circonstances d’origines diverses, il s’agit de lui permettre, dans des conditions de sécurité qui lui sont dues, la construction de son identité, à partir notamment de la reconnaissance de sa filiation, et non de se situer par rapport au conflit ou au contexte.

Au-delà des différences de fonctionnement d’un service à l’autre, les espaces de rencontre adhérents de la FFER se retrouvent autour de trois grands principes :

  • L’équipe des intervenants doit être composée de professionnels.
  • La rencontre entre un enfant et son parent ne doit pas être conditionnée à un paiement.
  • La confidentialité de la rencontre est garantie par l’absence de compte rendu sur le contenu de la relation enfant-parent, sauf en cas de mise en danger de l’enfant.

Les usagers


Les usagers sont orientés par une décision de justice à l’espace de rencontre ou s’y adressent spontanément.

L’ordonnance de justice fixe le cadre et les modalités des rencontres, leur fréquence, leur durée.

L’espace de rencontre peut être aussi un lieu de passage de l’enfant d’un parent à l’autre.

Les usagers sont tenus informés, préalablement aux rencontres, des objectifs de l’espace de rencontre, de son règlement intérieur et de son fonctionnement ainsi que des rapports qu’il entretient avec les institutions judiciaires et administratives. Les usagers sont informés que l’intervention de l’espace de rencontre a un caractère transitoire.

Ce qui se vit dans les espaces de rencontre est d’ordre privé. Les enfants et les parents accueillis ont le droit au respect de leur vie privée et familiale.

Les Professionnels


Les professionnels de l’espace de rencontre constituent une équipe pluridisciplinaire et mixte.

Ils possèdent une formation de base (éducateurs, psychologues cliniciens, conseillers conjugaux et familiaux, professionnels de l’enfance dans le champ médico-social comme assistante sociale …) et une formation spécifique à l’accompagnement des rencontres enfant-parent.

L’intervention des professionnels permet qu’un enfant puisse maintenir un contact avec son parent, dans un cadre approprié, lors d’une situation jugée critique.

Elle vise à redonner une place à chacun, au-delà de la séparation des conjoints, de sorte que les relations puissent se poursuivre, à l’avenir, avec chaque parent, hors de ce cadre « artificiel » et sans intermédiaire.

Les intervenants et les stagiaires sont tenus à la discrétion sur les situations qu’ils ont à connaître dans le cadre de leur activité à l’espace de rencontre. Exceptionnellement, le principe de la confidentialité peut être levé lorsque les dispositions légales en vigueur y obligent les intervenants.